L’armure de samouraï

Armure japonaise du clan Ii
Laissez-vous conter l’histoire d’un samouraï en chemin pour la capitale Edo, l’actuelle Tokyo, pour rendre hommage au nouveau shogun.

Un guerrier en paix

L’armure de Samouraï présentée dans l’exposition permanente Sociétés, le théâtre des Hommes s'installe aussi dans le Cristal du musée dans une cabane à histoire. Laissez-vous conter l’histoire d’un samouraï en chemin pour la capitale Edo, l’actuelle Tokyo, pour rendre hommage au nouveau shogun.

L'objet

L’armure est constituée d’un casque avec couvre-nuque, d’un masque avec gorgerin et d’une cuirasse de type tachi-dô.

Le clan Ii est une famille de daimyos originaire de Totomi et descendant de Fujiwara Yoshikado. C’est Naomasa (1561-1602) et ses hauts faits d’arme durant la période Momoyama qui permirent aux Ii de devenir célèbres. Leurs troupes réputées pour leur bravoure et leur férocité furent utilisées par Ieyasu Tokugawa comme véritable fer de lance dans les principales batailles qu’il eut à livrer. Afin sans doute de renforcer la dimension terrifiante de ces troupes de choc, Naomasa et ses vassaux adoptèrent sur ordre de Ieyasu le port d’armures entièrement laquées rouges souvent dotées d’ornements de casques particulièrement spectaculaires. Cette dimension visuelle finira par valoir aux Ii leur célèbre nom de « diables rouges ».

Après l’installation au pouvoir des Tokugawa, Naotaka (1590-1659) le 2e fils de Naomasa acheva la réalisation du château de Hikone en 1623. Il était attaché au shogun Tokugawa Hideta et ses revenus furent élevés à 290 000 koku, puis à 340 000 koku en 1633 faisant ainsi des Ii l’une des plus riches familles de daimyos du Japon. Ses descendants héritèrent du titre Kamon no Kami et des domaines de Hikone, qu’ils occupèrent jusqu’à la restauration.